En quoi consiste l’EFT ?

La réponse de Marie Odile :

Rapide histoire de l’EFT

La plupart des éléments exposés ci-dessous sont extraits de « Pour en finir avec les émotions toxiques… » :

L’EFT fait partie de la grande famille des « techniques méridiennes » c’est-à-dire dérivées de la médecine chinoise où l’on considère que l’énergie circule dans le corps le long de méridiens. Les méridiens étant des voies de circulation sur lesquelles on peut intervenir pour réguler l’énergie à un certain nombre d’endroits, les points d’acupuncture.

Dans les années 1980, Roger Callahan, qui, par ailleurs, étudiait les techniques énergétiques telle l’acupuncture buta sur un cas de phobie. Une patiente souffrait d’une terreur phobique de l’eau, avec des perturbations physiques et psychiques importants (maux de tête et d’estomac fréquents, cauchemars terrorisants…), aucun autre thérapeute n’avait pu la délivrer de ce problème et le Dr Callahan n’avançait guère non plus en utilisant les techniques académiques. Il eu l’idée de tapoter un des points situés à l’extrémité du méridien estomac (puisque Mary se plaignait de douleurs à cet endroit), s’inspirant ainsi de ses études en énergétique. Il était encore novice en la matière et fut d’autant plus surpris du résultat : la phobie de l’eau avait disparu ! Callahan approfondit son étude et mit au point une méthode pour résoudre non seulement les phobies, mais toutes les perturbations émotionnelles.
Gary Craig, ingénieur issu de l’université de Stanford, avait reconnu très tôt que la qualité de vie d’une personne est directement liée à son état émotionnel. Vous et moi avons certainement fait de même : tant que nous sommes rongés par une colère, un chagrin ou autre, il nous est difficile de nous sentir épanouis et pleins de confiance en nous même. Gary a tellement pris au sérieux cette constatation qu’il n’a eu de cesse de trouver un remède aux perturbations émotionnelles…
… Un jour, il entend parler de Roger Callahan. Celui-ci avait entre-temps affiné son travail et développé un outil précis et fort cher à acquérir. Il parait qu’il demandait 100 000 dollars pour une formation à ses techniques ! Gary a payé, Gary a appris. Et Gary a continué à se poser des questions. La méthode marche sans conteste, mais elle reste complexe à mettre en œuvre. Un diagnostic énergétique précis est nécessaire, ainsi que l’apprentissage de nombreux protocoles spécifiques, utilisant chacun de points particuliers, sur les différents méridiens. Le principe de tapotement est toujours là, telle une acupuncture sans aiguilles, mais comme pour l’acupuncture une formation approfondie est indispensable. Tout en reconnaissant l’importance des techniques de diagnostic, il cherche à simplifier. Finalement, il ose penser un concept de « remise en état général ».

Partant du principe que « toute émotion négative est causée par une perturbation du système énergétique corporel », il passe outre le diagnostic et propose un outil simplissime pour remettre l’ensemble de ce système en état de marche correct. Cet outil en fait « trop » en quelque sorte puisqu’il ré harmonise l’ensemble de nos énergies sans repérer au préalable un trajet perturbé. Gary fait, en effet, l’expérience d’un traitement de TOUS les méridiens par action mécanique sur leurs extrémités
Et les résultats sont enthousiasmants : l’EFT est né !

Depuis l’EFT s’est encore simplifié et on n’utilise plus que la moitié des points originaux dans ce qui est nommé la « version courte »

Notions de base

Avant de vous donner le détail de la mise en œuvre de l’EFT, je souhaite vous donner quelques repères indispensables :

Le « tapping », est un tapotement sur un point énergétique particulier (point d’acupuncture). Il se pratique de manière régulière, et plus ou moins marquée suivant les personnes. Au fur et à mesure de votre découverte de l’EFT, vous pourrez en varier le tempo, la force et voir ce qui vous convient le mieux. De ma propre expérience, je dirais que le rythme et l’intensité que nous y mettons spontanément sont souvent les plus justes.

L’inversion psychologique, est un phénomène énergétique qui empêche la résolution du problème. Gary Craig la définit ainsi : notre système énergétique peut souffrir une sorte d’interférence électrique qui bloque l’effet de ré harmonisation du tapping. C’est un peu dit-il, comme s’il y avait inversion de polarité, et donne l’exemple d’un poste de radio ou l’une des piles serait mise à envers : le courant ne passe plus, les émissions ne peuvent être reçues !

Par exemple : votre problème est d’être très en colère, et de ne pouvoir lâcher cette colère.
Pour traiter l’inversion psychologique qui existe peut-être, vous allez répéter trois fois :
« Même si j’ai cette colère, je m’aime et je m’accepte tel (le) que je suis »
Dans le même temps, vous stimulerez un point particulier en le massant (point sensible) ou en le tapotant (point karaté).
Une fois cette étape effectuée, vous pourrez continuer l’exercice tranquillement sans vous soucier de l’inversion psychologique.

Remarque 1 : Pour les personnes qui commencent à travailler sur elles-mêmes, il est parfois difficile de prononcer une phrase telle que « je m’aime et je m’accepte ». Cela paraît trop impossible, trop éloigné de la réalité. De même lorsqu’on travaille avec un enfant, cette formulation peut paraître dans un premier temps un peu inadaptée. Tout cela n’est pas très grave ! Il est tout à fait possible de trouver des mots qui conviennent à chacun. Par exemple, pour qui n’est pas prêt à s’aimer, on pourra proposer « tout va très bien quand même ! ».
Avec les enfants des phrases comme « je suis une super nana (ou prénom) » ou «j’suis un super p’tit mec (ou « gars », ou prénom) » donne de très bons résultats : il faut dire que les enfants apprécient tout particulièrement la dimension ludique de cet outil. Cela n’exclut pas du tout la possibilité de revenir à la formule consacrée « je m’aime et je m’accepte complètement », qui est à mon avis un très beau cadeau à se faire…

Remarque 2 : l’IP est traitée plus en détail un peu plus loin…
Les points sur lesquels vont se faire le tapping : pour qu’ils soient accessibles à tous on leur a donné des noms descriptifs de leurs emplacements (coin de l’œil sous le bras… Etc.). Il se trouve tous soit début soit à la fin d’un méridien. Pour des raisons de confort ce n’est pas forcément le premier ou le dernier : le point «sous l’œil » est le deuxième sur le trajet du méridien estomac (E2), pour pouvoir tapoter le premier (E1) il faudrait pouvoir atteindre sous le globe oculaire à un bon centimètre de profondeur !

Le point sensible : Vous mesurez è-8 cm en partant de la base du cou (le « U » qui fait une petite salière), puis vous reportez cette mesure à droite ou à gauche (souvent plus efficace. Vous tomberez sur le point « sensible ». Je préfère de loin l’utilisation d’une mesure plus traditionnelle qui est le travers de la main. Pour la plupart des adultes ce travers mesure effectivement environ 7 cm, mais si vous travaillez avec des enfants ou des personnes de petites ou au contraire d’une taille supérieure à la moyenne, prenez la mesure de leur travers de main, qui est à leur échelle, et vous indiquera à coup sûr la bonne zone à masser. Si les Chinois indiquent toujours les points en utilisant des mesures prenant le corps même de la personne comme repère (travers de main, largeur d’un ou deux doigts…) c’est tout simplement parce que c’est le moyen le plus précis : il prend en compte les proportions propres à chacun.

Le point Karaté : situé sur le tranchant de la main, à 2 cm en dessous de la naissance du doigt. On le stimule en le tapotant sur la largeur de 2 doigts (sous l’os que l’on sent à la base de l’auriculaire). Certains préfèreront ce point de travail. Personnellement j’utilise plutôt le point sensible. A noter : pour une séance rapide, dans un lieu public par exemple, le point karaté permet une discrétion (mais voir aussi le paragraphe sur les autres techniques de l’EFT)

La version courte de l’EFT permet de résoudre la majeure partie des problématiques émotionnelles, la version longue donne le moyen de débloquer le problème dans les autres cas. Au total le taux de réussite avec l’outil est de 80% ce qui est déjà remarquable. Ce qui va faire la différence ensuite, relève de l’art de mettre en œuvre une séance.

Tout est lié à est la créativité investie par le thérapeute (soi même lorsqu’on utilise EFT seul). La formulation, le rythme, le type d’intention, l’accueil à tout ce qui se manifeste pendant les rondes de tapping… tout cela permet de créer une expression originale.

Vous pouvez utiliser l’EFT aussi bien pour résoudre des problèmes… que pour les éviter. Vous préparez votre journée à venir, les étapes importantes sur le chemin de votre vie… en anticipant sur les émotions négatives qui pourraient venir troubler l’accueil des cadeaux de votre vie !
Vous pouvez également utiliser l’EFT pour réguler votre métabolisme… il y a de passionnantes recherches en cours sur le sujet, mais il n’est pas possible d’aborder dans cet article les applications les plus pointues de l’EFT…

Marie Odile BRUS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close